Critique du film et résumé du film Saloum (2022)

streamcompletsseptembre 2, 2022


Il n’y aura pas de quiz plus tard. Bien que le contenu historique soit important, une fois que nous sommes dans un avion avec ces types, le trafiquant de drogue mexicain qu’ils ont kidnappé et un tas de lingots d’or, nous sommes dans une histoire universelle : des hommes désespérés essayant de le rendre riche. Et bientôt les circonstances les obligent à atterrir. Le chef du petit groupe, Chaka (Yaan Gaal), s’installe près d’un endroit qu’il connaît, un endroit où le gang peut faire profil bas pendant un certain temps.

Cet endroit s’appelle Saloum, et comme les stations vont, c’est plutôt lo-fi. Les voyageurs paient leur chemin en participant aux corvées, ce qui ne convient pas à quelques-uns des camarades les plus endurcis du gang. Le propriétaire de l’endroit est un homme d’apparence avunculaire nommé Omar (Bruno Henry), et Chaka dit qu’ils se sont déjà rencontrés. Omar ne s’en souvient pas. Mais il le fera. En attendant, lui et son équipage doivent faire face aux soupçons des autres invités, dont une femme muette nommée Awa ( Evelyne Ily Juhen ), qui menace Chaka d’être exposée lors de leur premier repas en commun. Elle parle en langage des signes, que la plupart des Hyènes comprennent parce qu’elles ont toutes déjà travaillé dans une forme ou une autre d’exploitation minière – comprenez-le. Ce genre de détail est culturellement éclairant pour nous, occidentaux, mais ce n’est pas vraiment sa fonction prévue ; au lieu de cela, cela rend le monde cauchemardesque dans lequel le film nous accompagnera bientôt beaucoup plus crédible.

C’est-à-dire qu’avant même que l’élément surnaturel n’entre en jeu, « Saloum » excelle à raconter une histoire que vous pensez connaître, mais que vous ne connaissez pas vraiment. Ces « hyènes » sont sans doute de « méchants » hommes, mais certains sont de mauvais hommes avec de bonnes raisons (dans l’esprit de certains films de Robert Aldrich, dont « The Dirty Dozen »). Chaka, hanté par les flashbacks d’une enfance enchaînée, est de retour au Saloum pour une raison.

Mais il ignore les forces en jeu, qui menacent non seulement les Hyènes mais tout le monde dans la station, dans le village, dans la région. Et quand il bouge, il libère ces forces. Qui se manifestent par des morts époustouflantes et des essaims encore plus époustouflants.

La mise en scène d’Herbulot n’a pas que de l’énergie à revendre mais une perspective véritablement avancée et aboutie. En conséquence, il rend même les vieux sites de genre – comme un faisceau de lampe de poche balayant une pièce sombre – à nouveau presque neufs. C’est l’un des films les plus satisfaisants, genre ou autre, de l’année.

À l’affiche dans certains cinémas et disponible sur Shudder le 8 septembre.

laissez un commentaire

prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée