Critique du film Explorer et résumé du film (2022)

streamcompletsaoût 30, 2022


Le réalisateur Matthew Dyas a un sujet documentaire idéal à Fiennes, un personnage saisissant aux réalisations remarquables, documenté par des images d’archives qui montrent clairement à quel point les défis des aventures étaient d’une brutalité punitive. Certaines des images d’archives semblent plus grinçantes que n’importe quoi d’autre des 30 dernières années, peut-être pour souligner l’impression que les réalisations de Fiennes sont liées à des ancêtres comme Hillary et Perry, ou peut-être simplement pour souligner les conditions désastreuses des lieux. L’organisation du film, faisant des allers-retours dans le temps, est distrayante. Mais le sujet n’en reste pas moins passionnant.

Fiennes n’essaie pas d’expliquer ses expéditions avec une rhétorique héroïque « parce que c’est là ». Il dit simplement qu’il l’a fait « pour payer la facture de gaz ». Mais le film ne craint pascompte tenu du privilège blanc qui a permis au baronnet de vivre de l’exploration. Il a peut-être besoin d’argent, mais il comprend que ce n’est pas la même chose qu’être pauvre. Parmi ses milliers de parrains, un homme lui offre gentiment un travail de bureau pendant dix ans, avec trois mois de congé chaque année pour des expéditions. Un autre sponsor est le prince Charles.

Lorsque Fiennes retourne au pôle Nord, nous voyons aussi brièvement à travers ses yeux l’impact du changement climatique.

Il est touchant de voir Fiennes, qui est presque une parodie du héros fort et silencieux, décrit comme « un morceau de granit jusqu’au cœur », si totalement dévoué à sa chérie d’enfance Ginny, qui était sa partenaire à part entière dans la planification et obtenir le financement de toutes ses expéditions. Leur étreinte lorsqu’il est sauvé, presque gelé, presque affamé, est d’autant plus attachante qu’elle est un aperçu de la profondeur de ses sentiments que nous ne reverrons pas tant que Ginny ne sera pas partie. Pour la première fois, sa devise, de Le Golden Journey à Samarcande, « toujours un peu plus loin », n’arrive pas à le faire avancer. Jusqu’à ce qu’il le fasse, réalisant enfin le plus grand souhait de Ginny pour lui. Il se lance dans le plus universel des voyages, et pourtant l’une des aventures les plus terrifiantes de toutes. Il devient père.

Maintenant disponible sur les plateformes numériques.

laissez un commentaire

prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée